Tout savoir sur la cigarette électronique actuelle

Il est question d’un matériel, qui offre la possibilité de vaporiser une solution d’e-cigarette aromatisée, augmenté ou non de nicotine. Pendant l’inhalation, la solution mêlée à l’air respiré est répandue à l’image de vapeur tiède respirée par le vapoteur. Quand la cartouche est sèche, le vapoteur la recharge avec du e-liquide, ou en prend une carrément une nouvelle. La cigarette electronique est disponible sous plusieurs formats. En général, elle est munie d’une batterie et d’un clearomiseur (avec un drip trip, un réservoir, une résistance) où l’on injecte habituellement le liquide de vapotage. Les matériels de vapotage génèrent un atomiseur en préchauffant raisonnablement, par le biais d’une résistance, un liquide qui renferme du propylène glycol (PG), de la glycérine végétale (VG), des arômes alimentaires et quelquefois de la nicotine.

Les outils de vapotage

De nos jours, on en distingue une très grande gamme de variété, dont les 2es et 3es branches sont les plus en vue.

Pour pouvoir analyser les divers produits et de recevoir de très bon conseils, il est préférable de ne pas effectuer votre premier choix sur le web, mais plutôt de faire appel aux savoirs des multiples experts des vap-shops.

Ces solutions ne cessent d’évoluer. Ils ont besoin d’une maintenance, des éléments de rechange et des e-liquides de recharge. Il est donc plus pratique de repérer un commerçant fiable avec qui vous avez la communication facile.

La 3e génération

Celle-ci est la plus utilisée par les vapoteurs actuels.

Ses propriétés

Elle apparaît sous différents dimensions et aspects (tube ou boîte). Sa perméabilité et ses raccords sont performés. Par ailleurs, sa batterie a une très grande résistance, et sa cartouche a la faculté d’être rechargeable.

En outre, elle est disponible en mode mécanique et en mode électronique. La première est dénuée de circuit électronique pratique, muni d’un bouton de démarrage, mais qui exige des savoirs particuliers pour les ajustements (volt, watts, ohms et amps), tandis que l’autre possède un système de vérification de l’alimentation électrique qui compte automatiquement.

Présentement, les modèles de derniers cris se caractérisent par des techniques plus robustes et une prouesse plus supérieure aux Mods (vérification automatique de température et ajustements plus compétitifs des Ohms à un stade très bas) ainsi que des réservoirs rechargeables avec un ajustement probable des orifices de flux d’air qui ont la possibilité d’être doubles.

La 2e génération

Celle-ci est la plus indiquée pour pouvoir mieux apprécier les débuts du vapotage.

Ses singularités

Elle se distingue avec son cartouche rechargeable et sa batterie de très grande endurance. Sans oublier le bouton déclic manuel pour l’aspiration. De plus, elle est compatible avec de nombreux atomiseurs existants sur le marché. En l’utilisant, vous avez la possibilité d’adapter le voltage selon vos envies.

Les procédés d’obtention du meilleur hit pour le vapotage

Définition du « hit »

Le « throat hit » ou le « hit » est un picotement ou un chatouillis que l’on ressent dans la gorge quand on respire la vapeur. Il change d’un e-liquide à un autre.

Son origine

On a fréquemment l’habitude de dire que les liquides de vapotages mentholés ou très poivrés pourvoient le plus de hits. Or, cette sensation découle en grande partie, de l’existence de la nicotine dans les composants de la cigarette electronique. Cette dernière, particulièrement si on emploie des liquides de vapotage constitués de nicotine, offre la possibilité de dupliquer ce hit. Qui plus est, c’est le plus recherché des solutions de vapotage actuelles.

Méthodes d’amélioration

Les 2 méthodes cruciales pour performer le « throat hit » sont d’influencer sur le pourcentage de nicotine et d’employer du matériel plus perfectionné. On distingue toutefois d’autres procédés.

Diversifier le dosage de nicotine employé

Le throat hit est égal au volume de nicotine existant. Un taux élevé de nicotine procure donc un hit plus adéquat.

Fluctuer le voltage

Plus le voltage est élevé, plus la résistance réchauffe et plus l’émanation engendrée est opulente et chaude. Des consommateurs préconisent de ce fait d’employer une batterie 3twist » qui autorise de faire fluctuer la tension ou d’employer un « mod » (cigarette electronique réformée) à voltage et wattages variables.

Les vaporisateurs reconstructibles, autorisant de créer soi-même ses résistances, et aussi de jouer avec les Watts et performer le caractère de la « vape ». C’est un procédé périlleux pour public avisé.

Vapoter à sec

Quelques vapoteurs consomment à sec (Dry smoking), pour performer le hit. À cet égard, il est question d’employer un dripper, reconstructible dépourvu de réservoir de solution de vapotage. On injecte les gouttes de liquide de vapotage automatiquement sur la mèche du vaporisateur. On acquiert avec ce procédé plus de vapeur, plus de hit et une meilleure perception des arômes.

Localisation du clearomiseur

Un clearomiseur plus près de la cavité buccale engendrera une vapeur chaude, tandis qu’un autre genre de clearomiseur génère une vapeur tiède. C’est la vapeur chaude qui est la cause de la performance du hit.

Usage d’un cartomiseur

Un cartomiseur détient un système 2en 1 (qui prend la place de la cartouche et de l’atomiseur, et offre la possibilité d’acquérir une vapeur plus volumineuse et un hit affirmé.

Mesure PG et VG et procédé de réalisation de son propre liquide de vapotage

On a la faculté d’intervenir sur le pourcentage de propylène glycol (PG), un élément excitant qui promeut la sensation du hit, tandis que la glycérine végétale (VG) amoindrie la perception du hit.

Notoriété de quelques arômes de liquides de vapotage

Quelques arômes d’e-liquides sont aussi connus pour procurer du hit : menthe ou caféine par exemple. On remarque des vapoteurs acquièrent un hit dépourvu de nicotine en mesurant strictement en menthol.

Il subsiste également des e-liquides « flash » dépourvus de nicotine qui sont supposés véhiculer un hit. Les rendus des consommateurs sur ces produits, sont plutôt péjoratifs dans l’ensemble : « cela étouffe », « cela brûle la gorge »…..

Laisser un commentaire